LE TIGRR SAINT-TROPEZ

Au cœur de l’hôtel Ermitage, Le TIGRR a trouvé son antre estivale.
Tanière intime, espace secret à la lumière tamisée pour mieux y rester caché, le restaurant se dévoile dans un confort sombre aux éclats de lumières chaudes et dorées diffusée par de petites appliques en laiton.

L’ANTRE DU TIGRR

Hommage est à nouveau rendu à la noblesse de l’animal nocturne. Immortalisé dans un immense tableau, le tigre pose entre sable et bambous digne et majestueux. Ce portrait tigré a été réalisé au Vietnam, dans la tradition des peintures asiatiques, puis rebrodé à la main sur son pelage. Son effigie préside la table Royale du lieu, parenthèse exotique sous les feuilles de palme et cernée par les assises en bambou vintage. Autour d’elle sont disposées d’autres tables amicales pour mieux partager et célébrer l’arrivée du royal animal.
De quoi animer cette grotte ornée d’un bar privé qui fera office de loge de DJ suivant les soirées. Le spot sera hot, avec un micro dance floor improvisé judicieusement placé.
Enfin, au fond, pour mieux profiter de ce warm up et bénéficier de la perspective sur l’extérieur, les tables reprennent de la hauteur et la banquette prend des allures de tribune, lovée sous la bibliothèque.
Evidemment, comme à Megève, la griffe est là, et le sceau du TIGRR brodé, orne toujours linge de table, coussins et autres accessoires.
Une empreinte graphique tel un idéogramme, conçue par Philippe Di Méo qui signe à nouveau l’identité du lieu.

JUNGLE AVEC VUE

La bête a gardé sa nature sauvage et a décidé de marquer son territoire extérieur, se réservant des tables avec vue sur la savane tropézienne. Cernée par une végétation dense, bambous, chênes verts et pins centenaires, la terrasse s’ouvre sur un panoramique du Golfe de Saint Tropez à faire rugir les plus blasés.

UNE CARTE ENSOLEILLEE

Côté cuisine, la carte joue la partition asiatique chère au TIGRR ; sushis, dim sums et rouleaux de printemps, agrémentée de quelques spécialités locales revisitées, telle cette sublime bouillabaisse Thaï (calamar, dorade et crevette pochés dans un bouillon au lait de coco parfumé à la citronnelle), ou la daurade royale enveloppée de feuilles de banane. Les brochettes de thon sont bousculées par une pincée de curry rouge, quand le loup se découvre façon Thaï.